Subscribe via RSS

Stay up-to-date on everything MFTransparency has to offer by following our RSS Feeds. You can follow all MFT updates, or select between just receiving only News or Resources updates.

Follow on Twitter

Follow the conversation: @MFTransparency

Like us on Facebook

Rwanda Data Launch Webinar Q&A

Published on November 7, 2011

MFTransparency would like to thank the many Rwanda microfinance industry stakeholders who attended our data launch webinar, both in-person and virtually. A special thanks to our partner AMIR for their support in coordinating this event. Many insightful questions were raised at the data launch. They are answered below.

If you have any further questions, please write to us at [email protected]

To view the full presentation from the webinar click here

En français

1. With the global financial crisis, is it feasible to decrease the interest rates charged by microfinance institutions in general and by cooperatives in particular?

The global financial crisis has had varied effects by country, sector and institution type. In order to accurately answer this question it is necessary to study the impact of the global financial crisis on Rwanda specifically.

In general, there are a many factors that typically allow microfinance institutions of all kinds to decrease their prices, which may include increased efficiency, market competition based on transparency, movement upmarket or to providing bigger loans, decreased cost of funding, etc. Every country, institution type and even product is unique, and reducing prices requires careful consideration of the specific context and relevant factors.

In the wake of the global financial crisis, the microfinance industry internationally has faced some challenges related to accessing funding and in some cases portfolio quality. However, these are not necessarily linked to the ability to decrease prices, and a well-performing institution or cooperative in a transparent market may still be able to reduce prices regardless of the financial crisis.

2. What are the factors that help you to fix an affordable interest rate for clients?

MFTransparency would consider an appropriate price for a microloan to be one at which the borrower can repay the loan and also benefit from it, and the institution can cover its costs of lending, in other words lend sustainably. When considering the price of a loan from the perspective of a client, it is important to take into account all fees and charges as well as the borrower’s cash flow during the loan term, in addition to interest rates. Pricing elements such as application fees, insurance charges, grace periods and security deposit requirements all affect the cost of borrowing for the client.

In addition to charging an appropriate price, it is important to communicate all elements of the price to the client. It is much better for both institution and client to charge a higher price transparently than advertise a high price that appears to be low. All the pricing factors mentioned above should be disclosed to the client on the repayment schedule.

For more information about the factors that affect pricing and how to disclose them to borrowers effectively, please visit the MFTransparency Resources Library.

3. What exactly are the educational resources offered by MicroFinance Transparency to MFIs in Rwanda? How will they be offered?

MFTransparency publishes a variety of educational materials and tools on its website in the Resources Library. These include articles, case studies, an APR calculator, presentations and analytical reports. Many of these are offered in multiple languages. If you do not see what you are looking for in the Resources Library online, please write to [email protected] and we will help you located the information you need.

In addition, MFTransparency offers in-person, one-on-one technical assistance sessions around the world. If you are interested in obtaining technical assistance tailored to the specific needs of your institution, please write to [email protected], specify the topic you are interested in receiving training on and we can provide more information about the services available.

4. Based on your recommendations, how could prices be standardized across the products? How would you suggest creating a system that shows prices in a standard way?

MFTransparency recommends standardization of pricing disclosure rather than pricing terms. In other words, we respect the fact that every institution and even product is unique and may carry different terms, conditions and charges. We support institutions in developing more sophisticated pricing structures in order to offer quality services to clients sustainably, bearing in mind that more sophisticated does not necessarily mean more complex.

In terms of how these prices are communicated, we believe that standardizing disclosure formats by country is an important step toward transparency. We recommend Annual Percentage Rate (APR) and/or Effective Interest Rate (EIR) as standard forms for disclosing prices. These formats include all charges and fees, as well as interest rate, and annualize the price to allow comparison between products. Some countries use APR and some use EIR, and the formulas for calculating each vary. We believe that each country should choose its own official formula and use it throughout the market.

Another effective way of standardizing pricing disclosure is to use a template repayment schedule. If all institutions use the same documentation template, it is much easier for clients to compare prices. This can be a simple first step toward implementing transparent pricing practices.

5. Do you think that the declining method can be applicable to all products offered by MFIs?

MFTransparency believes that the declining balance method of calculating interest is not only applicable but preferable for all products. The declining balance method of calculating interest is the only method that really makes sense according to the underlying principle of borrowing: paying rent for money that you have. In a transparent market, institutions that use the declining balance method are not at a disadvantage in terms of appearing more expensive than those using the flat method. Some institutions argue that borrowers find it difficult to repay when the declining balance calculation is used because the installment amount is different each period. This does not have to be the case. Institutions can calculate equal installments, with a slightly bigger principle payment and slightly lower interest payment each period.

MFTransparency has several valuable resources that address the issue of flat and declining balance interest calculations. Our article “Flat vs Declining Balance Interest Rates: What is the Difference?” provides a comprehensive overview of these two methods. Our “Model Repayment Schedule Template” shows how institutions can communicate a declining balance rate to clients using equal installments and the “Calculating Transparent Prices Tool” shows users how to calculate these installments. Finally, the case study “Outlawing Flat Interest in Cambodia” provides an example of how one microfinance market implemented the declining balance rate among all products and the impact it had on the market.

6. On what basis have you categorized the MFIs? How did you decide which institutions were NGOs, Private Companies, etc.?

This information is self-reported. We ask each institution to categorize itself as one of the following:

    • NGO
    • Cooperative
    • Privately-owned for-profit
    • Publicly-traded for-profit
    • Other: If not one of the above options, the data submitter can fill in the term that they would use to categorize their institution.

In Rwanda we have recently completed the process of revising and confirming the institution categories to ensure that they are in compliance with the local industry legal types. Each institution should now be listed correctly, but if you notice any errors please contact us to let us know.

7. How do you come up with the weighted average rates?

The weighted average rates we presented in the data launch webinar are weighted by the amount of clients borrowing a given product. For example, the price of a product with 50,000 borrowers will impact the average rate more heavily than a product with 1,000 borrowers. We have taken this approach because we want the average rates we present to most closely represent the reality of pricing in Rwanda from the perspective of a borrower, in other words, if I am a microfinance client in Rwanda looking for a particular type of loan, what is the price I am most likely to see for that loan.

If you would like a more in-depth explanation of how we complete this calculation, please feel free to write to us. In addition, if you are interested in receiving technical assistance please include this as a topic in your TA request.

8. How do you select the samples you used to get the data presented here?

MFTransparency carefully selects sample loans to represent the full range in pricing variety for each product published on our website. These samples are selected using a few important parameters:

    • Range in loan amount: The price curve tells us that prices vary depending on loan size. In order to capture the full potential range in a product’s prices, we ask for more samples for products with a larger spread in amounts. For each product we collect a minimum of 3 samples and a maximum of 6.
    • Buckets: Not only do we specify the amount of samples for each product, we also specify the loan size for each sample. We ask for samples within small ranges in loan amounts, or “buckets”. This enables comparison between prices of sample loans of similar sizes. For example, on the Rwanda graph you can see at a glance that loans of RWF 2,000,000 can have APRs ranging from 14% to 60%. We weight these buckets toward the smaller loan amounts because, as the price curve shows, this is where we see the most variation.
    • Active loans: Every sample that we collect must be an active loan, in other words, a loan that the borrower is currently repaying. This ensures that data is fresh and represents actual prices being paid by clients currently.
    • Recently disbursed: For similar reasons, we require samples that have been disbursed within the past two months. This also helps us focus on the products that are most active in the market. If no loans have been disbursed recently for a given product it is not really a current option for borrowers in the market.

In some cases we make slight exceptions to these general guidelines, for example we would rather have slightly older sample or a sample slightly outside the loan amount range than no sample at all. For a full explanation of the loan samples we are looking for please click here.

9. When you look at the interest rates in Rwanda, do you think they are good or bad? If they are bad, what can we do to improve?

MFTransparency does not make judgments about prices, as in “good” or “bad”. We focus on transparency first and make recommendations for how to improve transparent pricing and pricing disclosure.

For Rwanda specifically, we made a series of recommendations in the data launch webinar. To flesh these out a bit:

    • Loan documentation: MFTransparency recommends that more transparent loan documentation be given to borrowers. All institutions should give clients repayment schedules that specify all fees and charges the borrower is required to pay, including insurance, even when it is paid to a third party insurance company. Repayment schedules should also clearly state the interest rate and how it is calculated, ie is it monthly or annual, flat or declining, etc. One great practice we observed in Rwanda was the use of loan documentation written in the client’s preferred language, whether English, French or Kinyarwanda. We encourage institutions to continue and expand this practice, and also consider reading documentation out loud to clients that are not able to read it.
    • Declining balance: MFTransparency recommends that all interest rates for all products be calculated on the declining balance basis.
    • Technical assistance (TA): MFTransparency is offering all institutions in Rwanda the opportunity to receive one-on-one technical assistance sessions addressing topics of particular interest to the institution. This may include price setting, cost analysis, switching from flat to declining balance rates, how to develop more transparent loan documentation, etc. Please write to [email protected] if you are interested in receiving TA.
    • Financial education: We are pleased that many of you are already active participants in MFTransparency’s financial education pilot program. We encourage you to remain involved and also consider ways in which your institution might enhance your efforts to educate clients about how prices factor into borrowing decisions.

We recommend steps toward making disclosure of prices more transparent so that in the short term borrowers are able to make better decisions and in the longer term institutions are able to compete on price. Over time MFTransparency hopes to see prices move toward the market curve (displayed on the Rwanda data graph), so that prices either increase or decrease to move closer to a market rate.

10. Have you found any institutions that have hidden any charges, fees or taxes from you?

We have not encountered institutions that have hidden charges or fees from us intentionally, but in some cases these do not come out right away because of misunderstandings or disagreements about what constitutes a fee. Our methodology is designed to catch these misunderstandings. The data collection tool and process prompts institutions through a series of questions that bring to light charges they might not usually consider relevant to report. We give all participating institutions the opportunity to preview the market dataset before we publish it, so that they can notify us of any inaccuracies in the way their peer institutions’ pricing data is presented. We also work with other industry stakeholders such as regulators, researchers, rating agencies and funders to help verify the data we collect.

Along similar lines, we often find that institutions unintentionally obscure pricing information from clients. Even if an institution explains all fees and charges to the borrower, if they are not represented on loan documentation or if the documentation is unclear the result is that the borrower’s ability to make decisions based on pricing is impaired. The majority of institutions we work with are interested in improving their disclosure practice and we are happy to help them do so.

11. What would normally be a good percentage of APR?

As mentioned above, MFTransparency does not judge prices as too high or too low, but rather suggests transparent practices that can facilitate competition so that ultimately prices center around a market rate. In addition, there are a number of factors that all must be considered when evaluating a “market rate”, including:

    • Market environment. MFI operating costs and pricing strategies are highly specific to the country market they operate within. This context should always be considered when evaluating prices.
    • Institution type. As you can see on the Rwanda data graph, cooperatives, for example, may have different pricing practices than private for-profit institutions.
    • Product type. If you filter the Rwanda graph by product type you can see that business loans may have different pricing characteristics than consumption loans, for example.
    • Target market. Products targeting remote rural areas or very high-risk urban slumdwellers may carry higher prices than products designed for more accessible client groups.
    • Additional services. If a product incorporates business training or financial education with the loan amount this may be reflected in the price as well.

Due to this range of factors, rather than suggest APR amounts MFTransparency defines a good or responsible price as one that allows the institution to be sustainable while reaching its target population with quality products that benefit clients.


Questions soulevées lors du lancement des données du Rwanda par MFTransparency


1. Avec la crise financière mondiale, est-il possible de diminuer le taux d’intérêt pratiqué par les institutions de microfinance en général et par les coopératives en particulier?

La crise financière mondiale a eu des effets variés selon les pays, secteurs et types d’établissement. Afin de répondre précisément à cette question, il est nécessaire d’étudier l’impact de la crise financière mondiale sur le Rwanda en particulier.

En général, il y a eu beaucoup de facteurs qui permettent généralement aux institutions de microfinance de toutes sortes de diminuer leurs taux d’intérêt, ce qui implique une efficacité accrue, la concurrence du marché fondée sur la transparence, le mouvement vers le haut ou la fourniture des prêts plus importants, la diminution des coûts de financement, etc. Tous les pays , types d’institution et les produits sont uniques, et réduire les prix nécessite un examen attentif du contexte spécifique et les facteurs pertinents.

Dans le sillage de la crise financière mondiale, l’industrie de la microfinance a connu quelques difficultés au niveau international liées à l’accès au financement et à la qualité du portefeuille, dans certains cas. Toutefois, celles-ci ne sont pas nécessairement liées à la capacité de diminuer les prix, et une institution qui fonctionne bien ou une coopérative dans un marché transparent peut être encore capable de réduire les prix indépendamment de la crise financière.

2. Quels sont les facteurs qui vous aideront à fixer un taux d’intérêt abordable pour les clients?

MFTransparency considère comme taux approprié pour un microcrédit celui pour lequel  l’emprunteur peut rembourser le prêt et aussi en bénéficier, et l’institution  peut couvrir ses coûts de crédit, en d’autres termes un prêt qui s’inscrit dans la durée de manière durable. Lorsque l’on considère le montant d’un prêt du point de vue d’un client, il est important de tenir compte de tous frais et charges ainsi que les flux de trésorerie de l’emprunteur pendant la durée du prêt, en plus du taux d’intérêt. La tarification des éléments tels que les frais de demande, les frais d’assurance, les périodes de grâce et les exigences de dépôt de sécurité affectent tous les coûts d’emprunt pour le client.

En plus de payer un prix approprié, il est important de communiquer tous les éléments du prix pour le client. Il est beaucoup mieux pour les deux institutions et le client à facturer un prix plus élevé de façon transparente qu’un prix élevé qui semble être faible. Tous les facteurs de prix mentionnés ci-dessus devraient être divulgués au client sur le calendrier de remboursement.

Pour plus d’informations sur les facteurs qui influent sur les prix et la façon de les divulguer aux emprunteurs de manière efficace, s’il vous plaît visitez la bibliothèque MFTransparency Resources Library.

3. Quels sont exactement les ressources éducatives offertes par MicroFinance Transparency pour les IMF au Rwanda? Comment seront-ils offerts?

MFTransparency publie une variété de matériels pédagogiques et des outils sur son site Internet dans la bibliothèque de ressources. Il s’agit notamment des articles, des études de cas, d’un calculateur d’APR, des présentations et des rapports analytiques. Beaucoup d’entre eux sont offerts en plusieurs langues. Si vous ne voyez pas ce que vous cherchez parmi les  ressources de bibliothèque, s’il vous plaît écrivez à [email protected] et nous vous aiderons a retrouver  les informations dont vous avez besoin.

En outre, MFTransparency offre des séances d’assistance technique personnalisées à travers le monde. Si vous êtes intéressés à obtenir une assistance technique adaptée aux besoins spécifiques de votre institution, s’il vous plaît écrivez à [email protected], spécifier le sujet qui vous intéresse et nous pouvons fournir plus d’informations sur les services disponibles.

 

4. Basé sur vos recommandations, comment est ce que les prix pourront être normalisés à travers les produits? Comment suggérez-vous créer un système qui montre les prix de façon standard?

MFTransparency recommande la normalisation de la divulgation des prix plutôt que des termes de tarification. En d’autres termes, nous respectons le fait que chaque institution est unique et peut effectuer différents termes, conditions et charges. Nous soutenons les institutions dans le développement de structures de tarification plus sophistiquées afin d’offrir des services de qualité aux clients de manière durable, en gardant à l’esprit que plus sophistiquées ne signifie pas nécessairement plus complexe.

Pour savoir comment ces prix sont communiqués, nous pensons que la normalisation des formats de divulgation par pays est une étape importante vers la transparence. Nous recommandons le taux annuel en pourcentage (TAP) et / ou de taux d’intérêt effectif (TIE) que des formulaires types pour les prix a divulguer. Ces formats incluent toutes les taxes et les frais, ainsi que des taux d’intérêt, et d’annualiser le prix pour permettre la comparaison entre les produits. Certains pays utilisent l’APR et d’autres l’EIR , et les formules de calcul de chaque variable. Nous croyons que chaque pays doit choisir sa propre formule officielle et l’utiliser tout au long du marché.

Une autre façon efficace d’uniformiser la divulgation des prix est d’utiliser un modèle de calendrier de remboursement. Si toutes les institutions utilisent le même modèle de  documentation, il est beaucoup plus facile pour les clients de comparer les prix. Cela peut être une première étape simple vers la mise en œuvre de pratiques de tarification transparente.

5. Pensez-vous que la méthode de la baisse peut être applicable à tous les produits offerts par les IMF?

MFTransparency estime que la méthode de l’amortissement dégressif de calcul de l’intérêt n’est pas seulement applicable mais préférable pour tous les produits. La méthode de l’amortissement dégressif au calcul des intérêts est la seule méthode sensée selon le principe sous-jacent de l’emprunt: payer le loyer de l’argent que vous avez. Dans un marché transparent, les institutions qui utilisent la méthode de l’amortissement dégressif ne sont pas un désavantage en termes de paraître plus chers que ceux utilisant la méthode à plat. Certains établissements estiment que les emprunteurs éprouvent des difficultés à rembourser lorsque le calcul de l’amortissement dégressif est utilisé parce que le montant des acomptes est différent pour chaque période. Cela ne doit pas être le cas. Les institutions peuvent calculer les versements égaux, avec un paiement principe un peu plus grand et le paiement d’intérêt légèrement inférieur à chaque période.

MFTransparency a plusieurs ressources précieuses sur la question des taux d’intérêt plats et dégressif. Notre article “Flat vs Declining Balance Interest Rates: What is the Difference?” donne un aperçu complet de ces deux méthodes. Notre «Modèle de fiche de remboursement» montre comment les institutions peuvent communiquer un taux dégressif pour les clients utilisant des versements égaux et le «Calculating Transparent Prices Tool» montre aux utilisateurs comment calculer leur acomptes. Enfin, l’étude de cas ” Outlawing Flat Interest in Cambodia» fournit un exemple dela manière dont le marché de la microfinance met en œuvre le taux dégressif parmi tous les produits et l’impact qu’il a eu sur le marché.

6. Sur quelle base avez-vous réparti les IMF? Comment avez-vous décidé quelles institutions sont les ONG, entreprises privées, etc?

Cette information est auto-déclarée. Nous demandons à chaque institution de se classer comme l’un des suivants:

    • ONG
    • Coopérative
    • appartenant à des particuliers à but lucratif
    • cotées en bourse à but lucratif
    • Autres: Si ce n’est pas l’une des options ci-dessus, le fournisseur de données peut remplir le mandat qu’ils utilisent pour classer leur établissement.

Au Rwanda, nous avons récemment achevé le processus de révision et de confirmer les catégories d’institution pour s’assurer qu’elles sont en conformité avec les types de l’industrie locale juridique. Chaque établissement doit désormais être répertorié correctement, mais si vous remarquez des erreurs s’il vous plaît nous contacter pour nous faire savoir.

 

7. Comment vous en êtes venu avec les taux moyens pondérés?

Les taux moyens pondérés que nous avons présenté dans le webinaire de lancement des données sont pondérés par la quantité de clients emprunteurs d’un produit donné. Par exemple, le prix d’un produit avec 50 000 emprunteurs aura un impact sur le taux moyen plus lourdement que d’un produit avec 1.000 emprunteurs. Nous avons adopté cette approche parce que nous voulons que les taux moyens que nous présentons représentent la réalité de la fixation des prix au Rwanda dans la perspective d’un emprunteur, en d’autres termes, si je suis un client de la microfinance au Rwanda à la recherche d’un type particulier de prêt, quel est le prix que je suis le plus susceptible de voir pour ce prêt.

Si vous souhaitez une explication plus approfondie de la façon dont nous achevons ce calcul, s’il vous plaît n’hésitez pas à nous écrire. En outre, si vous êtes intéressés à recevoir une assistance technique s’il vous plaît inclure ceci comme un sujet de votre demande d’AT.

8. Comment sélectionnez-vous les échantillons que vous avez utilisés pour obtenir les données présentées ici?

MFTransparency sélectionne soigneusement les prêts de l’échantillon pour représenter la gamme complète dans une variété de prix pour chaque produit publié sur notre site. Ces échantillons sont sélectionnés à l’aide de quelques paramètres importants:

    • Gamme de montant du prêt: La courbe des prix nous indique que les prix varient selon la taille du prêt. Afin de savoir  l’éventail complet des prix potentiels d’un produit, nous vous demandons plus d’échantillons pour les produits avec une plus grande diffusion dans les montants. Pour chaque produit, nous recueillons un minimum de 3 échantillons et un maximum de 6.
    • Godets: Non seulement nous indiquons la quantité d’échantillons de chaque produit, nous avons également spécifie la taille du prêt pour chaque échantillon. Nous demandons des échantillons dans des gammes de petites quantités de prêt, ou de «godets». Ceci permet la comparaison entre les prix des prêts de l’échantillon de taille similaire. Par exemple, sur le graphique Rwanda vous pouvez voir en un coup d’œil que les prêts du RWF 2,000,000 peuvent avoir APRs allant de 14% à 60%. Nous pesons chaque godet par rapport au plus petit parce que, comme le montre la courbe des prix, c’est là où nous voyons le plus de variation.
    • les prêts actifs: Chaque échantillon que nous recueillons doit être un prêt actif, en d’autres termes, un prêt que l’emprunteur est actuellement entrain de rembourser. Cela garantit que les données récent  et les prix réels étant payés par les clients pour le moment.
    • Récemment décaissés: Pour des raisons similaires, nous avons besoin d’échantillons qui ont été décaissés au cours des deux derniers mois. Cela aide également à nous concentrer sur les produits qui sont les plus actifs sur le marché. Si des prêts ont été décaissés récemment pour un produit donné, il n’est pas vraiment une option actuelle pour les emprunteurs sur le marché.

Dans certains cas, nous acceptons une legere exception à ces directives générales, par exemple, nous preferoms avoir un échantillon légèrement plus ancien ou un échantillon légèrement hors de la fourchette du montant du prêt que de ne pas en avoir du tout. Pour une explication complète des échantillons de prêt que nous cherchez s’il vous plaît, cliquez ici.

9. Quand vous regardez les taux d’intérêt au Rwanda, pensez-vous qu’ils sont bons ou mauvais? S’ils sont mauvais, que pouvons-nous faire pour améliorer?

MFTransparency ne porte aucun jugement sur les prix, comme pour «bonne» ou «mauvais». Nous nous concentrons sur la transparence d’abord et nous faisons des recommandations pour la façon d’améliorer la transparence des prix et leur divulgation.
Pour le Rwanda précisément, nous avons fait une série de recommandations dans le webinaire de lancement de données. Entre autres:

    • Le dossier de crédit: MFTransparency recommande que les documents de prêt plus transparents soient donnés aux emprunteurs. Toutes les institutions devraient donner aux clients des calendriers de remboursement qui précisent tous les frais que l’emprunteur est tenu de payer, y compris l’assurance, même quand elle est versée à une compagnie d’assurance tiers. Les calendriers de remboursement devraient aussi indiquer clairement le taux d’intérêt et comment il est calculé, c’est à dire s’il est  mensuel ou annuel, à plat ou en baisse, etc. Une grande pratique que nous avons observé au Rwanda a été l’utilisation de documents de prêt écrite dans la langue préférée du client, en anglais, en français ou en kinyarwanda. Nous encourageons les institutions à poursuivre et à étendre cette pratique, et aussi envisager la lecture à haute voix des documents à des clients qui ne sont pas en mesure de le lire.
    • Amortissement dégressif: MFTransparency recommande que tous les taux d’intérêt pour tous les produits soient calculés sur la base de l’amortissement dégressif.
    • Assistance technique (AT): MFTransparency offre toutes a les institutions au Rwanda la possibilité de recevoir une des séances d’assistance technique portant sur des sujets d’intérêt particulier à l’institution. Cela peut inclure la fixation des prix, l’analyse des coûts, la commutation de plat à taux dégressif, la manière de développer la documentation des prêts plus transparents, etc S’il vous plaît écrivez à [email protected] si vous êtes intéressé à recevoir l’assistance technique.
    • L’éducation financière: Nous sommes heureux que beaucoup d’entre vous soient déjà des participants actifs dans les états financiers du programme pilote MFTransparency éducation. Nous vous encourageons à rester impliqués et a examiner les manières dont votre institution pourrait améliorer ses efforts pour éduquer les clients sur la façon de fixer les prix des facteurs dans les décisions d’emprunt.

Nous recommandons des mesures en vue de rendre la publicité des prix plus transparente afin que les emprunteurs dans le court terme soient capables de prendre de meilleures décisions et que les institutions à plus long terme soient en mesure de rivaliser sur les prix. Au fil du temps MFTransparency espère voir les prix aller vers la courbe du marché (affiché sur le graphique de données Rwanda), de sorte que les prix augmentent ou diminuent et se rapprocher d’un taux de marché.

10. Avez-vous trouvé des institutions qui vous ont caché leurs frais, droits ou taxes ?

Nous n’avons pas rencontré les institutions qui nous ont cache des frais intentionnellement, mais dans certains cas, celles-ci ne viennent pas tout de suite à cause de malentendus ou de désaccords sur ce qui constitue une redevance. Notre méthodologie est conçue pour capturer ces malentendus. L’outil de collecte de données et le processus de demande d’informations aux  institutions se fait à travers une série de questions qui amènent à des accusations qui ne sont pas normalement considérées comme pertinentes. Nous donnons a tous les établissements participants la possibilité de prévisualiser les données de marché avant de nous le publier, afin qu’ils puissent nous informer de toute inexactitude dans la façon dont les données de prix de leurs institutions par les pairs sont présentées. Nous travaillons également avec d’autres intervenants de l’industrie tels que les régulateurs, chercheurs, agences de notation et les bailleurs de fonds pour aider à vérifier les données que nous recueillons.

Dans le même esprit, nous constatons souvent que l’information des institutions de prix sans le vouloir est différent pour les clients. Même si une institution explique tous les frais pour l’emprunteur, si elles ne sont pas représentées sur les documents de prêt ou si la documentation n’est pas claire, le résultat est que la capacité de l’emprunteur à prendre des décisions fondées sur les prix est altérée. La majorité des établissements avec lesquels nous travaillons sont intéressés à améliorer leurs pratiques de divulgation et nous sommes heureux de les aider à le faire.

11. Qu’est ce qui serait normalement un bon pourcentage de l’APR?

Comme mentionné ci-dessus, MFTransparency ne juge pas les prix comme trop élevé ou trop bas, mais suggère plutôt des pratiques transparentes qui peuvent faciliter la concurrence pour que finalement les prix soient centres autour d’un taux du marché. En outre, il existe un certain nombre de facteurs qui doivent tous être considérés lorsqu’on évalue un “taux du marché”, y compris:

    • Environnement du Marché. Les coûts d’exploitation des IMF et des stratégies de tarification sont très spécifiques au marché des pays, ils opèrent à l’intérieur. Ce contexte devrait toujours être envisagé lors de l’évaluation des prix.
    • Type d’institution. Comme vous pouvez le voir sur le graphique de données Rwanda, les coopératives, par exemple, peuvent avoir des pratiques de tarification différentes de celles privéss à but lucratif.
    • Type de produit. Si vous filtrez le graphique Rwanda par type de produit vous pouvez voir que les prêts aux entreprises peuvent avoir des caractéristiques différentes de celles des prix des prêts de consommation, par exemple.
    • Marché cible. Produits ciblant les zones rurales éloignées ou a très haut risque les habitants des bidonvilles urbains peuvent effectuer des prix plus élevés des produits conçus pour des groupes de clients plus accessibles.
    • Des services supplémentaires. Si un produit incorpore une formation commerciale ou de l’éducation financière avec le montant du prêt peut être présent reflété dans le prix aussi.

Grâce à cet éventail de facteurs, plutôt que de proposer des montants MFTransparency définit un bon prix ou responsable que celui qui permet à l’institution pour être durable, tout en atteignant sa population cible avec des produits de qualité dont les clients bénéficient.

No Comments

Leave a Reply